15ème Congrès Cadres

Mis en avant

Pour la seconde journée l’UD 92 participe au Congrès des Cadres. Pour l’Union Départementale, l’enjeu de l’adhésion des Cadres est une priorité. En effet, sur son département 42% des actifs sont des Cadres.

 

Expérimentation : permanences « sécurisation des parcours professionnels »

Mis en avant

Dans le cadre de son plan d’action sur les services à l’adhérent, la CFDT Ile-de-France poursuit son expérimentation et organise pour 2017 des permanences dédiées à l’accompagnement des adhérents sur la sécurisation des parcours professionnels et les droits à la formation professionnelle.

Ces permanences ont pour objectif d’apporter à nos adhérents, mandatés et élus d’entreprise une information ou un soutien pour travailler avec chacun d’eux la sécurisation de leur parcours professionnel en faisant valoir ou utiliser leurs droits à la formation professionnelle sur les dispositifs individuels de formation comme le compte personnel de formation, le congé individuel de formation, la certification CLEA ou la VAE et le nouveau compte le CPA.

Au cours d’un entretien individuel d’environ 1 heure, chacun pourra :

  • se repérer dans ses droits à la formation professionnelle et bénéficier d’un accompagnement pour les faire valoir dans l’entreprise
  • s’informer sur les différents dispositifs de financement qu’il peut solliciter pour se former et être conseillé sur la stratégie à adopter pour financer sa formation.
  • bénéficier d’une analyse rapide de son projet et avec le dispositif adapté et éventuellement les interlocuteurs à contacter
  • être accompagné dans la construction de sa demande de congé individuel de formation.
  • préparer son entretien professionnel.
  • être aidé pour ouvrir son CPA et à se repérer dans ce compte

Cette permanence s’adresse aux adhérents du privé mais aussi du public. Elle se tiendra tous les mercredis après-midi ou vendredis en alternance à Paris, en Essonne et dans les Hauts-de-Seine.

 

 

[Lettre ouverte] “Monsieur le président, partagez le pouvoir ! Donnez de l’air à notre société !”

Mis en avant

Publié le 10/05/2017 à 15H47

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, publiée dans Le Monde, Laurent Berger interpelle le nouveau président de la République et le met en garde si jamais il lui venait l’idée de passer en force en matière sociale.

Monsieur le Président de la République,

Vous venez d’être élu par plus de vingt millions de Français qui ont choisi de vous apporter leur voix. Votre élection représente la victoire de la République sur la haine.

Fidèle à ses valeurs, la CFDT a pris toute sa part dans le combat pour faire barrage à l’extrême-droite. Il y a des moments dans l’histoire qui ne supportent pas l’ambiguïté : notre appel à voter pour vous au second tour a été clair.

Les conditions particulières de votre élection vous obligent certes à tenir compte de ceux qui vous ont soutenu, mais aussi de ceux qui ont voté pour vous, non par adhésion à votre programme, mais par rejet du Front National.  

Lors de cette élection, les Français ont exprimé autant de peur et de défiance que d’attentes et d’espoir, auxquels il faut répondre. Ce qui s’est exprimé, c’est aussi une aspiration à la fraternité, à la solidarité et à l’amélioration des conditions de vie et de travail face à la précarité, au chômage et à la pauvreté.

C’est d’une ambition partagée et d’un projet d’avenir dont nous avons besoin pour sortir par le haut de la dépression collective dans laquelle nous sommes englués. Il faut recréer de la cohésion, ouvrir des perspectives pour chacun et pour tous les territoires de la République, lutter contre les divisions qui nous minent et le repli sur soi.

Construire un monde de progrès et de justice sociale, où chacun peut trouver sa place et mener une vie digne, où la jeunesse retrouve confiance dans l’avenir.

C’est un projet à mener au niveau européen : si la convergence économique et fiscale que vous appelez de vos vœux est indispensable, l’Union européenne doit avant tout être plus sociale et créer de la solidarité entre Etats, mais aussi entre citoyens européens. De nombreuses initiatives pourraient le permettre, comme la garantie de salaires minimum en Europe, ou d’une assurance-chômage européenne.

En France, l’urgence, c’est d’abord de créer des emplois de qualité car le chômage est insupportable. Pour cela, il ne suffira pas d’encourager les « success stories » et les aventures individuelles. Une nouvelle réforme du code du travail, surtout si elle est menée sans concertation, ne peut pas non plus être une recette miracle.

N’oubliez pas, Monsieur le Président : il n’y a pas de réformes acceptées si elles ne sont pas justes, comprises et concertées.

Vous devez investir massivement dans les emplois de demain, dans le numérique bien sûr mais aussi dans les transitions écologique et démographique.

Pour faire face aux changements, il faudra également investir dans l’émancipation des personnes, grâce à de nouveaux droits sociaux. L’accès aux modes de garde et à l’éducation dès le plus jeune âge, la formation tout au long de la vie, la garantie du pouvoir d’achat, le droit pour tous à l’accompagnement avec le Compte personnel d’activité. Voilà de quoi les travailleurs ont besoin pour être réellement libres de choisir leur vie !

Mais vous ne devrez pas oublier les plus fragiles, ceux qui doivent faire face à un « incident de parcours », ceux qui se sentent isolés dans des territoires abandonnés, ceux qui n’ont même pas le minimum pour vivre dignement. Bâtir une société inclusive pour toutes et tous en particulier les personnes vivant des situations de dépendances, de maladies, de handicaps, de solitude est un impératif moral, autant qu’une opportunité de créer des emplois locaux.

Investir dans les emplois, dans l’émancipation des personnes et protéger les plus fragiles exige une action publique présente sur tous les territoires et des fonctionnaires reconnus. 

Monsieur le Président, dans les 5 ans à venir, vous serez à la tête d’un pays qui devra faire face à d’immenses défis. Et, vous le savez bien, vous ne pourrez pas les affronter seul. Le mythe de l’homme providentiel, qui décide tout d’en haut, est un mythe dangereux pour notre démocratie. Les citoyens ne supportent plus d’être consultés une fois tous les 5 ans. Les travailleurs n’en peuvent plus d’être traités comme des êtres mineurs dès lors qu’ils passent le seuil de leur entreprise ou de leur administration.

Partagez le pouvoir ! Donnez de l’air à notre société ! Laissez de l’espace aux organisations dont la mission est de faire entendre la voix de ceux qui n’en ont pas. Faites confiance aux organisations qui permettent aux individus de s’organiser ensemble pour peser sur leur avenir ! Sans la démocratie sociale, la démocratie politique est impuissante. 

Monsieur le Président, dans le contexte qui est le nôtre, vous devez le pressentir, vous ne bénéficierez d’aucun état de grâce. A vous de savoir si vous voulez utiliser votre victoire pour mettre la société en mouvement vers un avenir commun, ou si vous préférez tenter de diriger d’en haut un pays qui aspire pourtant à un exercice du pouvoir profondément renouvelé. Un pouvoir partagé au service d’une société plus juste, plus écologique et plus solidaire. Nous attendons de vous des actes forts dans cette direction.

Quoi qu’il en soit, la CFDT, premier syndicat dans le secteur privé et largement implanté dans le secteur public, saura défendre sa vision de la société et ses propositions, participer aux discussions et aux négociations, et s’engager. Elle saura également s’opposer aux mesures qu’elle jugerait injustes.

La CFDT ne sera ni un allié docile, ni un opposant de principe, mais une organisation syndicale qui assume en toute indépendance  à la fois son rôle de contre-pouvoir et de contributeur à l’intérêt général.

1er Mai : Mobilisation républicaine contre le FN !

Mis en avant

La CFDT, la Fage et l’Unsa appellent à un rassemblement républicain le 1er Mai au métro Jaurès à Paris pour exprimer leur opposition à la vision réactionnaire et identitaire du Front national et pour appeler à voter pour le candidat républicain au second tour de la présidentielle.

Le 23 avril 2017, pour la seconde fois de notre histoire, le Front national est arrivé au second tour de l’élection présidentielle.

Parce que le Front national est un parti autoritaire, xénophobe et de régression sociale, il n’est pas un parti comme les autres, nous refusons sa banalisation. Nous appelons les électeurs et les électrices à lui faire barrage et à voter massivement pour le candidat républicain.

Les inquiétudes exprimées par les citoyen-ne-s pendant ses élections témoignent des difficultés et des clivages qui touchent notre pays. Le sentiment d’injustice et d’abandon ressentis par certain-e-s encouragent le chacun pour soi et la tentation de solutions autoritaires. Pourtant, notre pays possède des raisons d’espérer, des énergies et des talents à mobiliser, pour peu qu’il soit inscrit dans une ambition collective de progrès social.

A l’inverse, nous l’affirmons, le programme de Marine Le Pen est dangereux pour la France.

L’Histoire nous enseigne que l’exclusion, le rejet de l’autre, le repli de la France sur elle-même ou la fermeture des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de l’immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui ne peuvent conduire qu’à la division, à l’affrontement et aux drames.

Nous, citoyennes et citoyens, appelons donc au rassemblement républicain le 1er Mai à 11h à Jaurès pour rejeter la vision réactionnaire et identitaire du Front national.

Parce que notre action est portée par les valeurs de paix, de fraternité, de solidarité et de lutte contre toutes les formes de discrimination, parce que la démocratie se joue dans les urnes, parce que notre pays est riche de ses femmes et de ses hommes qui s’engagent au quotidien,

Mobilisons-Nous !

La CFDT
La Fage
L’Unsa

Parlons travail, une grande enquête interactive

Mis en avant

sans-titreLa CFDT lance le 20 septembre une immense enquête nationale sur le travail. L’objectif ? Redonner la parole aux Français sur leur relation au travail et leurs vraies préoccupations. Cette enquête a pour ambition de toucher plusieurs dizaines de milliers de salariés, fonctionnaires, travailleurs indépendants, demandeurs d’emploi… Inédite et avec près de 170 questions, elle offrira une photographie du monde du travail d’aujourd’hui et permettra d’imaginer celui de demain. La CFDT s’appuiera sur les résultats de l’enquête pour porter ses revendications et remettre le travail au cœur du débat public.

Voici le sommaire du dossier de presse distribué ce jour à la conférence de presse de lancement de « Parlons travail » :

– Une grande enquête interactive
– L’enquête : 172 questions, 25 thèmes
– Un site dédié : Des questions, des réponses, des actions
– Une enquête nationale : La CFDT mobilisée

Pour illustrer vos articles, vous pouvez utiliser les visuels mis à votre disposition ci-dessous ou les vidéos et résultats disponibles sur parlonstravail.fr et intégrables directement sur vos sites.

Retrouvez également toutes les vidéos sur Youtube (intégrables dans vos articles)

Soirée Infodroit

Mis en avant

30-11-16

 

 

 

La soirée InfoDroit prévu le 30 novembre 2016 est reportée à une date ultérieure que nous vous communiquerons très prochainement.

infodroit

 

 

18h / 20h

Union départementale CFDT des Hauts-de-Seine

23 place de l’Iris – La défense 2 – 92400 Courbevoie

Les soirées Infodroit s’adressent en priorité aux militants d’entreprise mais au-delà, à l’ensemble des militants intéressés.

Le 30 novembre, le thème de ces deux heures d’échange et de débat sera : « La BDES et Info-Consultation », avec la participation de Maître Marc ROBERT du réseau AVEC.

Au programme

  • La base de données économique et sociale (BDES), entrée en vigueur et mise en place
  • Sur le contenu relatif aux orientations stratégiques de l’entreprise
  • Qui la consulte ? Sur la mise à jour de la base unique
  • Les nouveaux délais de consultation
  • Les nouveaux cas de recours aux experts
  • Les nouvelles consultations pour le CE

Renseignements et inscriptions auprès de l’Union départementale CFDT

des Hauts-de-Seine par téléphone au 01 47 78 98 44

ou par courriel à l’adresse :

contact@cfdt92.com